Responsable(s)

Soyons des citoyens responsables

21 juin 2007

Le prix des choses, qu'elles soient importées ou non

ParisotLes chiffres dont je vais parler dans quelques lignes ne sont pas contestables puisqu'ils m'ont été communiqués par Laurence Parisot herself.
Elle ne me les a pas communiqué personnellement mais lors de sa conférence de presse mensuelle tenue ce 19 juin que j'ai pris la peine de regarder pour voir comment c'est intéressant ou pas.

Alors bon, un monologue d'une quarantaine de minutes avec forces chiffres pour expliquer qu'en fait ça va pas fort mais en fait pas si mal que ça, et surtout qu'elle elle sait comment ça pourrait aller mieux... Ben ça m'a pas passionné vous vous en doutez.

De tout ça j'ai retenu 3 données d'importance : entre 2000 et 2006, la consommation des ménages en produits manufacturés a augmenté de 19%. Dans le même temps la production en France de produits manufacturés a augmenté de 8% alors que les importations de ces produits augmentaient de 57%.

Je me suis alors demandé ce que j'avais moi-même consommé comme produits manufacturés importés durant cette période et pourquoi j'avais choisi le produit importé et pas le produit local :

écran plat importé car pas de fabricant français.

téléphone portable importé pour le modèle et la marque, rien à voir avec le prix.

ordinateur importé car de tout façon les pièces sont importées quelle que soit la marque.

matériels d'électroménagers divers ainsi que d'ameublement, là c'est surtout l'aspect pratique des uns et esthétique des autres qui a compté dans mon choix. Et dans tout ça je ne sais pas ce qui est importé ou pas, mais il doit y en avoir une bonne partie.

scooter d'une marque française récemment rachetée par un autre fabricant asiatique, du coup je ne sais pas s'il doit être qualifié de local ou importé.

Ainsi, pour ces achats de relative importance j'ai eu principalement des considérations techniques et/ou esthétiques en regard du prix que j'étais prêt à mettre.
En général je n'achète pas le moins cher, j'achète en fonction de mon budget et fait mon choix dans la gamme de prix que je me suis fixé.
Si aucun fabricant français ne commercialise le produit que je cherche à acquérir, qu'est-ce que j'y peux ?
Si dans la gamme de prix que je me suis fixé il y a un produit local je pourrais alors envisager de le privilégier s'il correspond aux contraintes techniques et/ou esthétiques que je me suis fixé. S'il ne remplit pas mes critères je ne l'achète pas, quelle que soit sa provenance.

Si les fabricants français sont absents de certains pans de la production manufacturée c'est soit parce qu'il n'y a pas de concurrence possible avec certains pays producteurs, soit parce que les fabricants français n'ont pas assez investi dans la recherche et l'innovation pour suivre le train (Cf écrans plats).

Dans ces 2 cas, une TVA sociale ne résoudra en rien le problème.
Si on baisse le coût du travail les fabricants pourront investir dans la recherche me diront certains. Oui, soit, mais dans ce cas la baisse ne sera pas intégralement répercutée dans une baisse du prix du produit hors taxe, donc au final le prix du produit local augmentera. Tout comme le produit importé.

Posté par kesjendi à - A vous de juger - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Titre

    Oui !

    Puis, ce ne sont pas les suppressions de charges sociales qui vont changer le fait que le rapport entre nos salaires et les salaires chinois doit être de 1 à 20.

    Sans compter que le coût du travail allemand est bien supérieur au nôtre, et qu'il font des larges excédents commerciaux.

    Le problème est bien industriel et politique.

    Posté par Nicolas J, 21 juin 2007
  • Parisot est sans surprise plus que favorable à la TVA machin-chose qui est une véritable aubaine pour le MEDEF.
    Cela ne résoudra en aucun cas le problème de fond. Et il faut le dire et le répéter ça n'empechera pas les délocalisations ! c'est mensonger de présenter les choses comme ça.

    Posté par Bob l'éponge, 21 juin 2007

Poster un commentaire